Comment aider les pauvres (*)

Comment aider les pauvres (*)

par Michael Novak


Les théologies de la libération de l'hémisphère occidental, l'hémisphère de la liberté, relèvent de deux familles bien distinctes. L'une est celle de l'Amérique latine contemporaine ; l'autre est sous-jacente dans les sociétés libérées, celles du novus ordo seculorum, sociétés du type capitaliste-démocratique, qui sont apparues historiquement en Amérique du nord. Par capitalisme démocratique, j'entends une économie politique :
1 - démocratique dans sa partie politique, 2 - capitaliste dans sa partie économique, et 3 - instruite et guidée par un système moral et culturel déterminé (1). Ce dernier fait du "système de la liberté naturelle" (ou loi naturelle) le principal objet de son enseignement. "Ce Dieu qui nous a fait, nous a fait libres", écrivait Jefferson. La personne humaine est née pour la liberté. Telle est la conception fondatrice, qui doit recevoir ensuite une expression institutionnelle (de même que la mystique doit toujours s'incarner dans la politique). La liberté de la personne repose sur des institutions qui se situent dans les trois sphères de la vie humaine : politique ; économique ; morale et culturelle. Les droits à la liberté qui sont dispensés aux personnes par le Créateur prennent leur source bien au-delà de la société ou de l'État. Mais, pour préserver ces droits, des institutions sont nécessaires. Voilà la raison d'être** de la société libérale.

La théologie de la libération du type latino-américain prend directement ses racines dans les régimes précapitalistes de l'Amérique ibérique. Ils se caractérisent par une concentration remarquable du pouvoir politique, économique, moral et culturel dans les mains de l'État. Les classes dominantes sont l'aristocratie foncière, le clergé et l'armée. La persistance de cet ancien régime** dans la période contemporaine a donné aux nouveaux théologiens de la libération la tentation de lancer un appel à la "lutte des classes". C'est pourquoi, dans leur interprétation de la situation, durant quinze ans, de 1969 à 1984, la plupart ont eu largement recours à l'"analyse marxiste". Certains sont ouvertement marxistes, d'autres non. Bien sûr, en tant que théologiens chrétiens, ceux qui se disent marxistes prétendent l'être uniquement dans l'analyse sociale, abstraction faite de l'athéisme et du matérialisme. Cependant, même ceux qui rejettent explicitement le marxisme ont aussi tendance à être socialistes. Ainsi, curieusement, ces théologiens de la libération semblent avoir presque tous des inclinations anticapitalistes et étatistes.


Cette prédilection quasi universelle pour l'étatisme a l'effet paradoxal de renforcer l'étatisme et la structure de classes traditionnels de l'ancien régime*. Le Nicaragua sandiniste, par exemple, reflète très précisément l'image de la structure de classes du "somozisme". Au lieu de l'alliance de l'aristocratie foncière, du clergé et de l'armée, il s'est formé à présent une alliance de la junte du parti, d'un clergé acquis et de l'armée (qui a atteint une dimension sans précédent). Le degré d'étatisme est plus grand, et non moindre, que sous Somoza.

Il n'y a pas grand chose dans les expériences socialistes du XXe siècle qui puisse donner espoir aux pauvres d'Amérique latine, que ce soit en URSS, en Chine, au Vietnam, en Corée du nord, en Europe de l'Est, en Afrique, à Cuba, ou au Nicaragua. Et pourtant, la condition des pauvres d'Amérique latine est à bon droit l'objet du débat. Comment les libérer de la pauvreté ? Dans Will it Liberate ? - Questions About Liberation Theology ("Peut-elle libérer ? - la théologie de la libération en question"), j'ai examiné les réponses, peu convaincantes, des théologiens de la libération (2). En attendant, ceux qui croient que, parmi toutes celles de l'histoire de l'humanité, ce sont les institutions libérales (politiques, économiques, morales et culturelles) qui libèrent vraiment l'homme doivent se mettre à la portée des pauvres d'Amérique latine. Un défaut permanent de la pensée libérale classique a été son langage à certains moments antireligieux ou délibérément non religieux. Elle se donne parfois comme devise d'épater les religieux *. C'est une erreur. Dans les pays pauvres (comme, aussi, aux États-Unis, bien que ce ne soit pas le cas au Japon et en Europe occidentale), le langage religieux est le mode d'expression élémentaire des gens ordinaires.

L'Amérique latine, en particulier, est pour l'essentiel un continent chrétien. La "langue maternelle" de sa culture est le christianisme. En ce qui concerne la politique et l'économie, ses modes de pensée sont ceux de la période précapitaliste, prémoderne, de la chrétienté. Pour parvenir à parler aux Latino-Américains des trois libérations de la société vraiment libre, il est donc indispensable de ne pas parler seulement en termes séculiers : pour être compris, il faut parler le langage des juifs et des chrétiens.

Ainsi, dans ce qui suit, j'ai essayé de m'exprimer dans les termes familiers à ces Latino-Américains qui conçoivent les sujets économiques en termes précapitalistes ou socialistes. D'ordinaire, ils se préoccupent davantage de la distribution que de la création des richesses. Ils ne comprennent pas que c'est l'esprit qui est la cause de la richesse des nations. Ils ne saisissent pas que l'impulsion fondamentale d'un ordre capitaliste - ce que l'Amérique latine n'a jamais connu - est enraciné dans des habitudes de vigilance, d'innovation, de découverte et d'invention. Ils ne voient pas qu'il est enraciné en dernière analyse dans la vision spécifiquement juive et chrétienne de la création.


Les économistes et les esprits pratiques jugeront peut-être que les questions de ce genre sont bien lointaines, trop "profondes", et ne relèvent que du moralisme. Elles sont cependant fondamentales. C'est un grand problème pour l'Amérique latine qu'elles ne soient pas universellement ni même généralement comprises. Les idées ont des conséquences. C'est particulièrement vrai des idées essentielles à l'ordre social. Il n'y a donc pas à s'excuser de consacrer un peu de temps aux principes essentiels.

I - Qu'en est-il de la libération économique ?

Beaucoup d'Européens croient que les racines de l'Amérique sont en Europe. Mais German Arciniegas, un des plus grands historiens de l'Amérique latine, nous a appris que c'était le contraire qui était vrai (3). Les racines de l'Europe sont en Amérique. C'est l'hémisphère occidental, et non l'Europe, qui a ouvert la voie à une démocratie fondée sur un gouvernement constitutionnel et une déclaration des droits. Aucune dictature n'a pratiqué la terreur dans les Amériques, comme le remarque Arciniegas, sur la même échelle que Lénine, Staline, Hitler ou Mussolini dans l'Europe moderne... C'est l'hémisphère occidental, et non l'Europe, qui a ouvert la voie au développement économique, fondé sur les principes de la créativité, de la découverte, de l'invention et sur la plus large diffusion possible de la propriété privée. En bref, c'est l'hémisphère occidental qui a enseigné à l'Europe le régime économique le plus libérateur qu'on ait connu dans l'histoire, cette combinaison de démocratie et de capitalisme qui a donné aux peuples du nord de l'Atlantique les quarante années les plus libres et les plus prospères qu'ils aient jamais eues. Selon Arciniegas, l'hémisphère occidental - l'hémisphère de la liberté - est celui qui a ouvert la voie.

Néanmoins, la tâche de la libération humaine, qui a commencé dans l'hémisphère occidental, est loin d'être achevée. Il reste encore beaucoup à faire - surtout en ce qui concerne les systèmes économiques. Demandons-nous quel est le plus grand obstacle à la liberté qui subsiste. La plupart des auteurs, quel que soit leur point de vue, affirment que c'est la pauvreté dans l'ordre économique. Il reste quelques dictatures dans l'ordre politique, mais on les compte aujourd'hui sur les doigts de la main : Paraguay et Cuba, Chili et Nicaragua. Par rapport à l'Afrique, l'Asie, l'Europe et le Moyen-Orient, la pratique de la liberté politique est bien plus avancée en Amérique du nord et du sud. Mais le désespoir économique de quelque 200 millions d'hommes d'Amérique latine demeure un scandale pour notre conscience.

L'Amérique du centre et du sud est riche en ressources naturelles, beaucoup plus que le Japon, la Corée du sud, Taïwan, Hong-Kong ou Singapour. En comparaison d'autres régions du monde, Dieu a fait l'Amérique latine très riche en ressources naturelles. Mais comme les systèmes économiques n'ont pas été bien conçus, celles-ci ne sont pas exploitées avec créativité. La pauvreté de millions de Latino-Américains est d'autant plus douloureuse à nos consciences qu'elle n'était nullement inéluctable.


II - Quelle est la nature de la richesse ?

Quelle est la nature et la cause de la richesse des nations ? Les ressources naturelles des petites îles du Japon sont faibles et, cependant, le Japon est l'une des plus riches nations du monde. Celles du Brésil sont immenses, mais un très grand nombre de Brésiliens sont désespérément pauvres. La richesse des nations ne tire pas essentiellement sa source de la présence de ressources naturelles. La première des richesses n'est pas matérielle, elle réside dans l'esprit humain, dans la culture et dans les usages.

Dans Laborem exercens, le pape Jean-Paul II utilise le mot capital pour désigner des objets inanimés comme l'argent et les machines. Cet usage est courant, mais il ne va pas au fond des choses. La première forme de capital est le capital humain. Après les terribles destructions de la seconde guerre mondiale en Europe occidentale, le capital matériel était en décombres. Mais le capital humain qui subsistait dans les esprits et les usages des Européens a fait le "miracle européen". Il a suffi, pour cela, d'un régime économique qui lui donnât la liberté. La cause de la richesse des nations est l'image dynamique que le Créateur a placée dans le cœur et l'esprit de tout homme. Un régime économique libérateur permet à la graine de créativité qui est dans l'homme de croître jusqu'à la plénitude.

Chaque être humain est né pour être créateur. Durant sa vie, il peut créer bien davantage qu'il ne consomme. Lorsque, dans une nation quelconque, la somme de la créativité individuelle dépasse la somme de la consommation individuelle, cette nation s'enrichit. C'est la créativité de l'homme qui est la cause de la richesse des nations.

Ainsi, pour comprendre la vie économique contemporaine, il faut mettre bien plus l'accent sur les facteurs spirituels que sur les facteurs matériels. D'après notre expérience, les ressources matérielles ont apparemment de moins en moins d'importance. Les nations dont la prospérité est fondée sur les ressources de la spiritualité humaine sont parmi les plus riches et se développent très rapidement. Celles dont la prospérité est fondée sur les ressources naturelles constatent une baisse tendancielle du prix de marché des matières premières, puisque le monde semble en avoir moins besoin et que l'on produit sans cesse de nouveaux matériaux pour les remplacer. C'est ainsi que la fibre optique se substitue au cuivre. Les composants électroniques en silicone, incroyablement performants, sont faits avec du sable, matériau humble et abondant. Voilà pourquoi le prix des matières premières comme le cuivre baisse lentement en longue période. Ainsi, nous parvenons à un point essentiel par un cheminement intellectuel différent de celui que l'on suit d'habitude : parmi toutes les ressources dont une nation peut disposer, les ressources matérielles ont moins d'importance que les conceptions et les usages des citoyens. La créativité prend sa source dans l'esprit d'invention, de discipline et d'ordre. En économie aussi, l'esprit fait valoir sa primauté.


J'en arrive ainsi à ma thèse centrale : quiconque souhaite libérer les hommes de la pauvreté doit considérer la ressource primordiale, l'esprit de ses nombreux concitoyens qui se trouvent au dernier échelon de la société. C'est en donnant à ces gens-là les moyens d'agir qu'on fait la richesse des nations. Voilà la première étape que l'on doit nécessairement franchir sur le chemin d'un développement économique rapide.

Il est déjà arrivé durant notre vie que plusieurs nations connaissent un développement économique rapide en moins de 20 ans. Regardez des photographies de la Corée du sud, de Taïwan, de Hong-Kong, de Singapour ou d'autres nations du sud-est asiatique en 1945, ou même en 1965. Considérez le profil statistique de ces pays à cette époque, et celui d'aujourd'hui. En 1966, le revenu par tête de la Corée du sud était de 125 dollars et, en 1986, il atteint 2 250 dollars. Ces pays ont virtuellement éliminé la misère et la pauvreté atroce qui les caractérisaient il y a seulement 20 ans. Certes, dans la mesure où la pauvreté est un concept relatif, une partie de la population demeure pauvre, mais cela n'a plus rien à voir avec la pauvreté cruelle et désespérante d'il y a 20 ans... Il faut donc se souvenir, tout d'abord, qu'un développement économique rapide est possible et qu'il a eu lieu en plusieurs endroits.

Le second point à noter est que ce développement économique rapide est lié à un système. Partout, sur terre, les êtres humains sont capables de créer. Mais ils ne trouvent pas partout des systèmes qui le leur permettent. Il s'agit de savoir si un système politico-économique libère la créativité humaine ou si, au contraire, il l'entrave, s'il accroît les vertus économiques créatives des gens, ou bien s'il les pénalise. C'est la question cruciale pour le développement. Si vous souhaitez développer les vertus du citoyen, nous enseigne Aristote, considérez l'ethos du régime politique : autrement dit, le système. D'une certaine façon, le système compte davantage que les individus. En même temps, l'inverse est également vrai. L'individu est libre de mettre en question, de critiquer et de changer le système politico-économique dans lequel il vit. Les actions des individus ne sont pas totalement déterminées par la nature du système dans lequel ils vivent. Les hommes transcendent les systèmes.

Néanmoins, le poids d'un système sur les individus est très lourd. Considérons de nobles habitants d'un pays d'Amérique latine qui subit une inflation de plus de 100% par mois. Supposons qu'ils aient épargné l'équivalent de 14 000 dollars pour l'éducation de leurs enfants. Si ce sont des citoyens vertueux, ces parents préféreront investir cet argent dans leur patrie, pour accroître le capital intérieur et entretenir la croissance. Mais alors leur épargne sera rognée par l'inflation et bientôt ne vaudra plus grand-chose. S'ils investissent à l'étranger, comment leur pays pourra-t-il jamais se développer ? Il souffrira d'une sévère évasion de capitaux. De cette manière, et de beaucoup d'autres, un système arrive même à décourager les citoyens d'une grande vertu.


La question centrale de l'économie politique devient dès lors celle-ci : comment construire des institutions - un ordo, un système - qui soient dignes de la créativité que Dieu a mis en tout homme ? Il n'est pas aisé de concevoir un système politico-économique digne des hommes, dès lors que ceux-ci ressemblent à ceux décrits dans les deux Testaments : libres en intelligence et volonté, faits pour imiter Dieu en créativité, en vérité, en justice et en amour. Il n'est pas aisé de façonner les modestes matériaux de la politique et de l'économie pour les rendre dignes de tels hommes. Néanmoins, c'est ce qu'ont entrepris, quant à eux, les fondateurs des diverses nations du Nouveau Monde, eux qui ont tenté de créer pendant deux siècles un novus ordo seculorum dans l'hémisphère occidental.

Résumons-nous : le premier fait que le judaïsme et le christianisme nous apprennent à reconnaître dans toute créature humaine est qu'elle est libre et, par conséquent, responsable. Chacun est fait à l'image de Dieu, ce qui signifie qu'il est capable d'exercer son jugement et de choisir. L'intelligence et la volonté nous font libres et à l'image de Dieu. Comment construire un système politico-économique digne de ces personnes libres, dans lequel chacune devienne un créateur ? Voilà la tâche de l'économie politique.

III - Pas de créativité, sans propriété

Puisque les sources de la créativité résident dans chaque être humain, il faut concevoir un système politico-économique qui soit à la portée de tous, du bas jusqu'en haut de l'échelle sociale. Il faut protéger et fortifier la liberté de chacun, sans exception. Il faut concevoir des institutions sociales qui libèrent les vertus des hommes du peuple.

De plus, chaque être humain est un esprit incarné, composé d'un corps et d'une âme. Cela signifie que la liberté de l'esprit doit pouvoir s'exprimer dans le monde matériel, si la liberté doit opérer dans l'histoire. De cette considération, Thomas d'Aquin a déduit la nécessité de la propriété privée (4). Si les particuliers ne disposent pas du droit de propriété, leur liberté d'action est mutilée. Mais la propriété privée établit aussi un lien entre les générations, en encourageant chaque être humain à œuvrer non seulement pour lui-même, mais aussi pour ceux qu'il aime, venus au monde après lui. Une raison supplémentaire en faveur d'un régime de propriété privée est qu'il sert mieux le bien commun qu'aucun autre. Il y a bien des siècles, Saint Bonaventure avait expliqué cela dans une histoire :

"Connaissez-vous l'histoire de l'âne des trois villages ? Cela se passait dans la vallée de la lune. Il y avait une grande étable, près d'un moulin. Afin de pouvoir y transporter le grain, trois villages s'entendirent pour acheter un âne et le laisser dans l'étable.


"Un habitant du premier village alla chercher l'âne et le ramena chez lui, le chargea d'un lourd sac de blé et le conduisit au moulin. Pendant que le moulin marchait, il laissa paître l'animal, mais les champs étaient nus, parce qu'ils avaient été terriblement piétinés. Une fois que le blé fut moulu, il ramassa la farine, la chargea sur l'âne, et retourna chez lui. Puis il déchargea l'âne et le remit à l'étable, où il le laissa en se disant : "Celui qui s'en est servi hier a dû lui donner beaucoup d'herbe. Il n'en a sûrement pas besoin à présent."

"Le jour suivant, un habitant du deuxième village alla chercher l'âne. Il l'emmena dans sa ferme, le chargea d'un fardeau plus lourd que le jour précédent et - sans le nourrir - le conduisit au moulin. Une fois qu'il eut fini de moudre, et qu'il eut rapporté la farine chez lui, il ramena l'âne à l'étable en pensant qu'il avait sans doute été bien traité la veille. Et il quitta l'âne en disant : "Je suis très occupé aujourd'hui." Deux jours s'étaient écoulés et l'âne n'avait encore rien eu à se mettre sous la dent.

"Le troisième jour, quelqu'un du troisième village vint chercher l'âne et le chargea avec un fardeau encore plus lourd. "Cet âne appartient à la municipalité, remarqua-t-il, donc il doit être costaud", et il l'emmena au moulin. Mais sur le chemin du retour, une fois le blé moulu, l'âne se traînait et s'arrêtait souvent. Le villageois dut le fouetter et, après un effort acharné, ils arrivèrent à l'étable. Le villageois se plaignit : "La municipalité a acheté un drôle d'âne pour desservir trois villages ! Il ne vaut vraiment rien." Et, ce jour-là, l'animal ne fut pas davantage nourri.

"Devinez comment tout cela finit ? Le quatrième jour, la pauvre bête s'écroula et fut dépecée." (5)

Ainsi que nous le montre cette histoire racontée par S. Bonaventure, les sociétés précapitalistes traditionnelles ont appris elles-mêmes par l'expérience qu'un régime de propriété privée sert mieux le bien commun qu'un régime de propriété collective. Voilà pourquoi la plupart d'entre elles ont opté pour des régimes de propriété privée, de marchés, de stimulants. Ces techniques ne sont pas propres au capitalisme. Elles sont traditionnelles et précapitalistes. Une société authentiquement capitaliste ne peut apparaître avant que l'on ne soit arrivé à une conclusion supplémentaire, et que l'on n'ait organisé la société autour d'elle : à savoir que c'est l'esprit qui est la cause de la richesse des nations ; et que, par conséquent, des institutions favorables à l'invention, à la découverte, au progrès de l'éducation et à la libération de l'intelligence pratique des propriétaires individuels sont nécessaires.


Voilà pourquoi, aux États-Unis, Abraham Lincoln était si déterminé à ouvrir l'ouest du pays par le Homestead Act, qui fut une décision capitale. Lincoln ne voulait pas que l'on bâtit les États-Unis en se conformant au système social du sud, qui comptait tant de grandes plantations. Il voulait que le reste des États-Unis s'ouvrît au principe de la liberté du travail, au lieu de l'esclavage. Dans sa conception, l'entreprise naissait de la liberté : "Sans la Constitution et l'Union, nous n'aurions pas atteint à ce résultat ; pourtant, ce n'est pas là que se trouve la cause première de notre grande prospérité. Il y a quelque chose de plus profond, étroitement noué dans le cœur humain. C'est le principe de la liberté pour tous, qui ouvre la voie et donne l'espoir à tous et, en conséquence, la possibilité d'entreprendre." (6) La liberté du travail devait conduire à une forte ascension sociale (7), ainsi qu'à une prospérité bien plus grande, en permettant à chaque individu d'appliquer son intelligence aux problèmes immédiatement à sa portée. Il y a plus d'intelligence sociale dans 100 000 fermiers indépendants que dans un petit groupe de planificateurs. Voilà quelle était l'hypothèse, et elle a été vérifiée par l'expérience : c'est à partir de là que la richesse des États-Unis a pu se développer (8).

La créativité humaine est fondée sur la propriété individuelle. Pour la maximiser, il faut maximiser la propriété privée (9). Et cela doit aller jusqu'au dernier échelon de la société. Dans l'idéal, une société juste doit étendre la propriété à tous. La propriété ne concerne pas forcément la terre. Elle peut consister dans la diffusion générale de la propriété privée des moyens de production, par exemple lorsque les salariés détiennent des actions des sociétés où ils travaillent, ou bien dans la propriété de plans d'épargne en vue de la retraite, etc..

Mais la propriété s'applique aussi aux créations de l'esprit (10). Une des étapes essentielles franchie par ceux qui ont façonné le système politico-économique des États-Unis se trouve dans l'article 1er, section 8, n°8, de la Constitution : "Le Congrès peut promouvoir le progrès de la science et de l'industrie en assurant aux auteurs et aux inventeurs pour un temps déterminé un droit exclusif sur leurs écrits ou leurs découvertes." C'est une conception importante qui fait ici son entrée dans le droit. Une forme essentielle de propriété est celle des idées, qui sont au cœur de la créativité. Depuis, l'expérience nous a montré que des créateurs comme les auteurs et les inventeurs sont stimulés par les incitations, et notamment par la perspective de bénéficier pendant quelque temps des fruits de leurs découvertes. Bien sûr, si ces idées ne concourent pas au bien commun et ne sont pas appréciées par les gens, elles ne porteront pas de fruits dans l'immédiat. Mais si, en revanche, elles y concourent, alors les auteurs et les inventeurs en auront leur part. De cette façon, une immense vague de découvertes et d'inventions a pu déferler, selon un processus systématique, socialement agencé, pour la première fois dans l'histoire humaine.

Philosophiquement et théologiquement, un régime qui tend à diffuser la propriété privée aussi largement que possible met les gens en mesure d'agir dans le monde matériel avec les instruments matériels qui leur appartiennent. Mais quant à savoir si un régime de propriété privée réalise mieux le bien commun que tout autre, ce n'est pas un sujet philosophique ou théologique, mais empirique.


Le régime de la propriété privée s'est trouvé principalement en rivalité au cours de l'histoire, d'une part, avec le tribalisme que Jules César a décrit en évoquant les tribus germaniques de son temps et, d'autre part, avec le socialisme idéologique du XIXe siècle. En pratique, le collectivisme tribal s'est révélé incapable de porter le bien commun à un niveau aussi élevé que les régimes de propriété privée. C'est pourquoi il a commencé à disparaître de l'histoire. En pratique, c'est à peu près la même chose qui paraît arriver aux régimes socialistes d'aujourd'hui. Le déclin du socialisme est dans la nature humaine. Comme S. Bonaventure aurait pu l'écrire : "Qui resterait éveillé toute la nuit auprès d'une vache malade ?"

Toutefois, notre problème n'est pas d'ordre idéologique, quoiqu'il s'agisse d'une question de système et que, par conséquent, il requière une théorie. En soi, il s'agit d'un problème pratique. Il se résume à ceci : comment faire pour que les pauvres d'Amérique latine ne soient plus pauvres ? Le problème pourrait être réglé d'ici à l'an 2000, ou guère au-delà, à condition d'un certain nombre de changements sociaux. Les populations d'Extrême-Orient en ont fait tout autant depuis 1965. Parties de plus bas encore, et possédant moins de ressources naturelles, elles ont cependant connu le succès dans ce court laps de temps. C'est bien la preuve que c'est possible.

IV - L'économie politique de l'Amérique latine aujourd'hui

L'économie politique de l'Amérique latine est encore embryonnaire, et se rattache à bien des racines. Sur de vastes étendues, on trouve encore une économie de troc rudimentaire, qui en est pratiquement restée aux traditions tribales des Indiens. Cependant, pour un observateur extérieur, la caractéristique la plus frappante des économies latino-américaines réside dans leur dirigisme très poussé, dans l'esprit de patrimonialisme et de mercantilisme hérité de l'Espagne et du Portugal du XVe siècle. Dans certains secteurs, des traditions social-démocrates, venues notamment de l'Europe du sud, ont modelé les conceptions sociales. Dans les universités et les librairies, les rayons sont remplis de ce que Raymond Aron appelait la "vulgate marxiste". Ces universités, naturellement, sont essentiellement financées par l'État et leurs diplômés ont toutes chances de devenir des fonctionnaires de l'État, dans un domaine quelconque : dans les écoles, les hôpitaux, les centres d'études ou de recherche ; comme administrateurs, travailleurs sociaux, météorologistes, ingénieurs, etc..

A titre d'expérience intellectuelle, on peut se demander dans quelle mesure la vie de ces pays serait dirigée davantage par l'État, si leurs économies étaient officiellement socialistes... D'ores et déjà, la majeure partie de l'économie de la plupart des nations latino-américaines est dans les mains de l'État. Pour des millions de gens, le champ ouvert à l'imagination, à la créativité et à l'initiative est bien étroit.


Toutefois, comme Hernando de Soto l'a montré, la grande majorité des pauvres d'Amérique latine ne sont pas ouvriers dans l'industrie, ni même employés par d'autres. Ce sont des entrepreneurs (11). Ils fabriquent des choses qu'ils essayent de vendre sur le marché ; ils rendent des services. Bien qu'ils ne puissent créer des sociétés commerciales, qu'ils n'aient pas accès au crédit, aux assurances, ces "clandestins" font preuve des "propensions au troc et à l'échange" qui sont répandues dans toute la race humaine. Car celle-ci est entreprenante. Mais les structures juridiques des sociétés traditionnelles précapitalistes entravent et découragent l'esprit d'entreprise instinctif des gens actifs. C'est là une forme de suicide économique, une manière de faire avorter, en quelque sorte, la source première du développement économique. On arrache de la bouche des citoyens le pain de leurs honnêtes entreprises ; le produit de leurs esprits et de leurs mains est foulé aux pieds. "Le meilleur gouvernement qui soit, déclarait Thomas Jefferson devant ses concitoyens lors de la première cérémonie d'investiture, en 1801, est un gouvernement sage et économe, qui empêche les hommes de se faire mutuellement du tort, qui les laisse libres, en dehors de cela, de conduire leurs propres affaires comme ils l'entendent et qui n'ôte pas de la bouche du travailleur le pain qu'il a gagné."

Dans toute l'Amérique latine, il y a déjà quelque 65 millions de jeunes gens de moins de 15 ans. Cela signifie que chaque année, de 1987 à 2002, ces jeunes gens vont chercher des emplois lorsqu'ils seront en âge. Où les trouveront-ils ?

Seule une petite proportion pourra aller dans l'agriculture, dont les rendements s'améliorent chaque année et qui demande de moins en moins de main-d'œuvre. Il est assez improbable que les grandes manufactures se multiplient rapidement, bien qu'une certaine croissance se produise sans aucun doute. C'est pourquoi la clé de l'avenir de l'Amérique latine tient seulement à ceci : la croissance la plus rapide possible du secteur des petites entreprises. Le fait de faciliter l'initiative locale - dans l'industrie comme dans les services - sera aussi important pour le développement économique de l'Amérique latine que cela l'a été pour d'autres nations qui ont connu la réussite économique.

L'entreprise marche mieux si elle commence au bas de l'échelle. Elle doit avoir la base populaire la plus large possible. La richesse des nations ne ruisselle pas du sommet. Elle jaillit du bas de l'échelle. Les dispositions à entreprendre sont évidentes chez les pauvres d'Amérique latine. Dans un système qui les respecterait et les fortifierait, de telles dispositions tireraient les pauvres hors de leur état. C'est la seule "option préférentielle pour les pauvres" qui soit digne des hommes libres. C'est-à-dire que les pauvres ont vocation à ne plus l'être, mais qu'ils peuvent réussir, et prendre en main leur destinée économique personnelle. Rien ne renforce plus la démocratie qu'une croissance économique générale, dynamique, bénéfique à tous, qui permet aux individus de s'élever aussi haut que leurs talents les portent.


L'erreur des marxistes vient de leur nostalgie pour une théorie du XIXe siècle, fausse au demeurant, selon laquelle le travail serait la source de la valeur. C'est l'esprit qui est la source de la valeur et la cause première du développement économique. L'erreur des socialistes est de croire que l'on peut vaincre la pauvreté en redistribuant des richesses existantes, plutôt qu'en créant de nouvelles richesses en abondance. C'est pourquoi les sociétés socialistes sont, comme on peut le constater, stagnantes, mornes, étouffantes (une autre erreur est de donner à l'égalité la primauté sur la liberté et ainsi de renforcer le pouvoir de l'État). L'erreur des démocrates-chrétiens est de réclamer la démocratie sans comprendre sa condition préalable : une économie dynamique, qui permette aux pauvres d'améliorer leur sort.

V - Que faut-il faire ?

Les mesures qui suivent sont parmi les plus importantes :

1) Donner à la propriété populaire la diffusion maximum, qu'il s'agisse de la propriété du logement, des petites entreprises, ou des parts de propriétés détenues par les travailleurs dans les sociétés commerciales ou agricoles, etc..

2) Modifier les structures juridiques pour que la mise en société des petites affaires soit bon marché (pas plus d'un jour de salaire), facile (guichet unique pour l'enregistrement des actes), et rapide (qu'il suffise d'échanger par la poste le formulaire de la demande et le récépissé, soit environ deux semaines). L'État ne crée pas de sociétés. Ce sont les gens qui le font par accord volontaire. L'État enregistre simplement les titres des sociétés dûment établis.

3) Changer le régime juridique des banques et les restructurer, afin que les plus démunis aient accès au crédit. Les pauvres ont besoin du crédit pour accéder à la propriété, pour créer et développer les petites entreprises, pour payer leur éducation et, d'une manière générale, pour élargir le champ de leurs activités économiques.

4) Changer la loi pour protéger les brevets et les droits de reproduction, afin d'aiguillonner la créativité et l'inventivité dispensées à tous par le Créateur et souvent plus parmi les pauvres que parmi les gens à l'aise et contents d'eux. Pour peu qu'on en leur donne l'occasion, les pauvres les plus doués formeront vite le segment le plus créatif de la société.

5) Encourager le développement d'un système d'écoles privées, notamment dans l'enseignement secondaire et supérieur. Et encourager les liens entre l'éducation d'une part, les industries, sciences et techniques nécessaires au développement économique d'autre part.

6) Faire un gros effort d'investissement, tant public que privé, pour l'éducation universelle. Et lier celle-ci à l'accroissement de la productivité économique dans tous les secteurs de la société. Le capital humain développé par l'éducation est la cause majeure de la richesse des nations.

Toutes ces recommandations émanent d'une conviction centrale : la cause de la richesse des nations est enfouie dans les citoyens eux-mêmes, dans leur capacité naturelle à la créativité, dans leur propension à améliorer leur condition et dans les conceptions, les habitudes et les talents qu'ils acquièrent en se préparant à l'activité économique. La liberté et la responsabilité des individus sont l'actif le plus précieux d'une nation. Elles doivent être fortifiées, développées et soutenues.

Il est important pour le développement économique de procéder de la manière la plus générale, sans laisser personne à l'écart. Chacun a des obligations envers le bien commun, auquel contribuent les efforts et les succès de tous les particuliers. La société, prise comme un tout, a besoin des mains impatientes et des cerveaux alertes de tous. Aussi doit-on faire en sorte que tous puissent devenir économiquement dynamiques.

Là encore, il faut créer des incitations qui soient proposées à tous. Dans la pratique, il ne paraît pas très judicieux de demander aux individus de devenir économiquement dynamiques au nom du bien commun. Ils seront davantage portés à l'être s'ils voient que, grâce à leur travail, ils sont en mesure d'améliorer leur propre condition et celle de leurs familles. A cet égard, leurs motifs importent moins que le fait qu'ils soient dynamiques. Dieu sera juge des motifs. Du point de vue politique, il suffit que les gens coopèrent avec autrui de manière industrieuse et créative, en apportant leur contribution aux activités qui constituent une économie dynamique et croissante.

Il est également important de remarquer que le dynamisme économique n'est pas moralement neutre. Pour agir économiquement de manière féconde et créative, les hommes doivent posséder certaines vertus. Ces vertus sont la condition sine qua non du développement économique. Celui-ci ne peut avoir lieu que si les gens acceptent de renoncer aux satisfactions d'aujourd'hui en vue de la croissance, qui n'émergera que demain. Ainsi, l'esprit doit l'emporter sur la chair, l'avenir sur le présent, et le bénéfice différé sur le sacrifice actuel.

Pour arriver à ce résultat, la société doit établir solidement l'ordre de la coutume et du droit. Si l'on ne peut pas avoir confiance dans l'avenir ou si le chemin qui y conduit n'est pas ouvert, il apparaîtrait absurde à beaucoup de céder la proie pour l'ombre.

Une tradition d'équité, qui est nécessaire à la stabilité des prévisions sociales, est aussi un immense acquis spirituel. Le droit ne peut être respecté que si l'on s'attend à ce qu'il soit équitable. La croissance économique est un produit de l'esprit, et il n'y a pas de raccourci pour cela. Ceux qui ont voulu prendre des raccourcis l'ont payé sur le long terme. (Ainsi, ces pays du Moyen-Orient qui ont bénéficié de l'argent facile que procure le pétrole souffriront de graves difficultés lorsqu'il n'y aura plus de pétrole, s'ils n'ont pas assez investi pour développer les habitudes, qualifications et comportements économiques qui sont la vraie richesse des nations). Les Japonais, eux, n'ont presque pas de ressources naturelles : leur richesse jaillit de l'audace et de la créativité de leur esprit.

VI- Conclusion : la révolution morale


La clef du développement économique est d'ordre moral. L'Amérique latine a besoin désespérément d'une révolution, mais cette révolution sera morale ou ne sera pas, comme disait Charles Péguy. Il faut modeler le politique et l'économique pour développer les vertus du civisme politique et du dynamisme économique. Ainsi, une révolution sociale humaniste implique trois libérations : la libération à l'égard de la torture, de la tyrannie et de l'illégalité, grâce à la démocratie et à l'institution des droits de l'homme ; la libération à l'égard de la pauvreté, grâce à des institutions qui favorisent la créativité des citoyens, en particulier les plus pauvres ; et la libération des énergies morales, grâce à l'éducation aux vertus que sont l'obéissance aux lois, l'équité, la coopération, la créativité et l'entreprise - sous des institutions qui délivrent la conscience, l'information et la vie culturelle de la répression tyrannique.

"Ce Dieu qui nous a fait, nous a fait libres", a écrit Thomas Jefferson. C'est dans la liberté humaine - ce grand héritage de la sagesse juive et chrétienne - que réside cet esprit créateur par lequel les hommes et les femmes accomplissent leur vocation à devenir ce que Dieu les a destinés à être : des images de Lui-même.

Appendice


Mon expérience de l'Amérique latine me dit que certains soulèveront des questions sur la "crise de la dette". Voici donc à ce sujet quelques commentaires.

1) La dette extérieure de la Corée du sud (46,7 milliards de dollars) est une des plus importantes du monde, surtout pour une nation de cette taille (43 millions d'habitants). Mais comme elle a employé ses ressources d'une manière très créative, cela n'a produit aucune "crise". Au contraire, la Corée du sud tire profit de ce qu'elle emprunte. Elle paie l'intérêt et le principal aux échéances prévues. Le cas de la Corée démontre que l'emprunt peut être d'un grand bénéfice pour une nation qui investit fructueusement ce capital.

2) Les Latino-Américains investissent massivement leurs gains à l'étranger : cette "évasion des capitaux" est pire encore que la "crise de la dette". Etant donné que la croissance économique générale repose sur l'investissement national, cette évasion des capitaux indique que l'on ne fait pas confiance aux structures du droit et des politiques. Des politiques, par exemple, qui ne réussissent pas à maîtriser l'inflation - qui font marcher trop volontiers la "planche à billets" - portent atteinte à la confiance.


3) Il faut aussi soumettre à l'examen les politiques fiscales. En règle générale, avec des taux d'imposition élevés, les revenus globaux sont bas ; tandis qu'avec des taux raisonnablement bas, les revenus globaux sont élevés (en effet, des taux élevés incitent à l'évasion fiscale et à la consommation du capital, plutôt qu'à des investissements productifs). Pour obtenir le meilleur résultat, il faut soumettre la politique fiscale à un examen moral attentif. L'État doit chercher à encourager l'investissement créatif, qui stimule une croissance économique générale, en le taxant à des taux qui devraient permettre d'obtenir le revenu réel maximum. Les deux objectifs - une croissance économique créative et de hauts revenus réels - peuvent être atteints au mieux à un taux que l'on peut calculer en s'appuyant sur l'expérience nationale et internationale.

4) Les prêts nouveaux et l'investissement direct des États-Unis en Amérique latine ont subi une chute dramatique au cours des quatre dernières années. Compte tenu des sommes considérables que l'Amérique latine a dû verser pour les intérêts des dettes antérieures, et compte tenu aussi de l'évasion des capitaux, il en est résulté pour certains pays des sorties nettes de capitaux, ce qui est tragique.

5) La déclaration du Vatican qui recommande un dialogue entre les débiteurs et les créanciers fournit une bonne base pour résoudre la crise de la dette d'une manière novatrice et pratique, en procédant par étapes. Même s'il n'y avait pas la crise de la dette, le Vatican aurait raison d'insister sur la nécessité pour les pays débiteurs de réformer leurs structures économiques en vue d'intensifier une croissance économique régulière. Il est également pertinent d'inviter les créditeurs à poursuivre leurs efforts pour renégocier, convertir ou annuler en partie les dettes. Ce processus est bien engagé.

6) La conversion des dettes, après réduction, en droits de propriété sur les actifs concernés, apparaît comme une formule très prometteuse. Les créanciers acceptent une annulation partielle. En contrepartie, la dette ainsi diminuée est convertie en parts de propriété dans les entreprises endettées. Ce procédé allège immédiatement la charge financière, à la fois dans le grand livre de l'emprunteur et dans celui du prêteur. En outre, il les fait entrer tous les deux dans les relations d'intérêts mutuels propres à des partenaires (12).

7) Dans ce genre de transactions, on vogue sur des mers inexplorées ; il faut bien peser ces solutions novatrices, et les passer au crible de l'expérience.

8) Ces renégociations devraient avoir trois buts : il faut restructurer les systèmes économiques d'Amérique latine pour promouvoir une croissance économique générale bénéfique à leurs sociétés ; il faut ouvrir ces économies au dynamisme des plus pauvres, "clandestins" ou non, de sorte que ceux qui sont en bas de l'échelle puissent contribuer à la croissance économique, tout en participant à ses bénéfices ; enfin, il faut que ces pays reçoivent à nouveau des flux nets de capitaux en provenance de l'Amérique du nord, du Japon et de l'Europe occidentale, pour alimenter la croissance économique dans l'avenir.

(*) texte traduit de l'anglais par les soins du Club de l'Horloge.

(**) en français dans le texte (N.d. Club de l'Horloge).