PRIX LYSSENKO

Affichages : 168703

1. Un "antiprix" décerné à un auteur pour critiquer ses idées
2. Les "lauréats" du prix Lyssenko depuis sa création

1. Les raisons d'un antiprix

Le prix Lyssenko, créé par le Club de l'Horloge en 1990, est attribué chaque année à un auteur ou une personnalité qui a, par ses écrits ou par ses actes, apporté une contribution exemplaire à la désinformation en matière scientifique ou historique, avec des méthodes et arguments idéologiques.
  Les lauréats sont choisis par un jury scientifique formé de spécialistes des diverses disciplines - biologie, démographie, économie, linguistique, géographie, ethnographie, sociologie, politologie, psychologie, psychiatrie, criminologie, histoire... La composition du jury reste secrète, de manière à protéger la liberté de jugement de ses membres. Il va de soi que le Club de l'Horloge a seul la responsabilité de la décision finale sur l'attribution du "prix".

Trophime Denissovitch Lyssenko (1898-1976)


Trophime Lyssenko, par Marie-José de BravuraTrophime Lyssenko
sculpture de Marie-José de Bravura

Maître de la biologie soviétique sous Staline et Khrouchtchev, Lyssenko combattit la génétique, en montrant que ses enseignements sont contraires au marxisme. Selon son analyse, la science progressiste appelle à la transformation de la société et s'oppose à la science réactionnaire - bourgeoise, fasciste, nazie -, qui justifie le conservatisme et l'inégalité. Ceux qui s'attaquent aux théories jugées par eux réactionnaires, et dénoncent les auteurs qui soutiennent celles-ci dans les divers domaines de la science, sont fidèles à l'inspiration de Lyssenko, à défaut de s'attacher à la lettre de sa pensée.

 

  Le prix Lyssenko est un canular, bien sûr. Mais c'est un canular sérieux. De 1937 à 1964, Lyssenko a tyrannisé la biologie soviétique. Il affirmait que la génétique était incompatible avec le marxisme et son projet de créer l'homme nouveau. Le prix Nobel Jacques Monod estimait que Lyssenko avait raison sur ce point : entre le marxisme et la science, il faut choisir. Aujourd'hui, l'étatisme marxiste s'est effondré, mais l'utopie égalitaire a donné naissance à une nouvelle idéologie dominante : le néosocialisme cosmopolite. Comme l'ancienne, celle-ci ne maintient ses positions que grâce au terrorisme intellectuel qui empêche la vérité de se faire jour.
  Le néolyssenkisme fait des ravages dans les divers domaines de la connaissance, surtout dans notre pays. Il entrave certaines recherches et fait en sorte que le grand public ne mesure pas à quel point l'égalitarisme sous toutes ses formes est incompatible avec les résultats de la science. Cependant, comme l'a dit Abraham Lincoln, "on ne peut pas mentir à tout le monde tout le temps". Le Club de l'Horloge poursuit avec confiance son combat pour la vérité, parce que celle-ci libère l'homme de la superstition socialiste.

Pour en savoir plus : Science et politique, un lyssenkisme généralisé


2. Le palmarès du prix Lyssenko

   2015 : Thomas Piketty, prix Lyssenko en 2015 pour son analyse du capitalisme et des inégalités

2014 : Pierre-André Taguieff, politologue, pour son analyse approfondie du racisme sous toutes ses formes

2013Olivier Roy, islamologue, et Raphaël Liogier, politologue, pour leur oeuvre de dénonciation du mythe de l'islamisation

2012Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, Eric Fassin, sociologue, Judith Butler, philosophe, pour leur contribution remarquable à la promotion de la théorie du genre

2011Philippe Meirieu, pédagogue, pour sa contribution majeure à la ruine de l’enseignement

2010Jean Jouzel, climatologue, membre du GIEC, et Nicolas Hulot, animateur de télévision, militant écologiste, pour leur contribution au débat sur le réchauffement climatique

2009Eric Besson, ministre, et Gérard Noiriel, historien, pour leur contribution au débat sur l’identité nationale

2008Bernard Maris, économiste altermondialiste, disciple de Marx, Freud et Keynes, pour son analyse du capitalisme et de la crise économique

2007Alain de Libera, médiéviste, historien de la philosophie,  pour avoir mis en lumière les racines musulmanes de l'Europe chrétienne

2006 : 2006 : Catherine Wihtol de Wenden, politologue, directrice de recherches au CNRS, et Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l'université de Nice, pour leurs analyses des bienfaits de l'immigration et de la mixité sociale

2005 : Olivier Le Cour Grandmaison, historien, auteur de Coloniser. Exterminer - Sur la guerre et l'Etat colonial, pour sa contribution à l’histoire de la colonisation française

2004 : Didier Billion, géographe, historien, politologue, pour son analyse des rapports entre la Turquie et l’Europe

2003 : Elisabeth Roudinesco, psychanalyste, disciple de Freud et Lacan, pour sa défense et illustration de la psychanalyse

2002 : Daniel Cohn-Bendit et Olivier Duhamel, députés européens, et Thierry Vissol, économiste, pour leur contribution exemplaire à la campagne en faveur de l’€uro

2001 : Gilles Kepel et Bruno Etienne, orientalistes, pour leur analyse du déclin de l’islamisme

2000 : Martin Bernal, auteur de Black Athena - Les origines afro-asiatiques de la civilisation classique, pour son analyse des origines de la civilisation occidentale

1999 : Michèle Tribalat, démographe, pour son analyse du coût de l'immigration

1998 : Pierre Bourdieu, sociologue, pour l'ensemble de son œuvre

1997 : Pascal Perrineau, politologue, pour son analyse de la vie politique française

1996 : André Langaney, généticien, professeur au Muséum d'histoire naturelle, pour sa contribution à l'étude des races humaines

1995 : Jean-Pierre Chrétien, historien professionnel et ethnologue amateur, pour son analyse des ethnies africaines, décrites comme un fantasme de la colonisation

1994 : John Kenneth Galbraith, économiste, pour sa défense du salaire minimum et des politiques socialistes de lutte contre le chômage

1993 : Carlo Ginzburg, historien, et Jean-Paul Demoule, archéologue, pour leur contribution aux études indo-européennes

1992 : Robert Badinter, ancien ministre de la justice, "fils spirituel" du criminologiste Marc Ancel (1902-1990), pour sa contribution théorique et pratique à la lutte contre le crime

1991: Hervé Le Bras, démographe, pour son analyse de l'immigration étrangère et de la natalité française

1990 : Albert Jacquard, généticien, pour l'ensemble de son œuvre

et Jean-Noël Jeanneney, historien, pour son action comme président de la mission du Bicentenaire